Réentrainement à l'Effort

Le réentrainement à l'effort

Introduction, historique

L’efficacité du réentrainement à l’effort dans le cadre de la prise en charge des malades chroniques n’est plus aujourd’hui à démontrer. Dans le cadre de la réhabilitation respiratoire, il est réalisé souvent en SSR. Axe somatique ou symptomatique de la réhabilitation, il devra améliorer les plaintes fonctionnelles du malade, sa dyspnée, la diminution de la tolérance à l’effort… Il aidera le patient à arrêter le mouvement de la spirale vicieuse de la dyspnée et du déconditionnement et à se repositionner dans une spirale plus vertueuse.

Spirale de la dyspnée et du déconditionnement psychosocial (Préfaut, Ninot, 2009)

Cette proposition de prise en charge à l’Apard se veut être une alternative complémentaire aux offres existantes (centres SSR, réseaux, ambulatoire). En effet, un patient pour une ou des raisons qui lui sont propres peut refuser de réaliser une réhabilitation en SSR, par contre il peut être favorable à la réalisation d’un réentrainement à l’effort. Les solutions sont alors minces :

  • l’ambulatoire,
  • les réseaux quand ils existent
  • et le domicile.

Les valeurs de l’Apard et le réentrainement à l’effort

L’Apard, Association Pour l’Assistance et la Réhabilitation à Domicile, propose depuis plus de 20 ans (A vérifier) déjà cette prestation au domicile. Ce programme permet d’initier dans les conditions du domicile un réentrainement à l’effort. Les objectifs sont les mêmes c’est-à-dire l’amélioration de la qualité de vie notamment par la diminution de sa dyspnée et de l’autonomie des patients.

La population cible pouvant bénéficier du programme de réentrainement à l’effort est composée de patients de l’Apard en majorité d’insuffisants respiratoires chroniques et plus rarement d’apnéiques. Ce réentrainement doit être prescrit par le médecin. Il peut aussi être proposé par l’équipe au patient ou au médecin et ensuite validé et prescrit par le médecin. Il est nécessaire et indispensable que le patient ait réalisé au préalable une épreuve d’effort cardio-respiratoire afin de s’assurer de l’absence de contre-indications. Celle-ci permet aussi de donner aux intervenants les paramètres de réentrainement à l’effort notamment la fréquence cardiaque cible et éventuellement une indication de la puissance de travail (possibilité de prêt de vélo démarrant à 20 watts ou à 0 watts)

Le programme

L’infirmière est présente lors de la réalisation de la première séance afin de faire la séance de vélo mais aussi de faire un point sur le contenu du programme et les objectifs du patient. Ensuite le patient est autonome et bénéficie d’un suivi téléphonique et d’une visite de l’infirmière une fois par mois jusqu’à la fin du programme.

Différents outils ont été élaborés, du document d’information initial du patient, au consentement lors de l’entrée dans le programme et au relevé des données des séances.

Au cours des visites l’infirmière et le patient évaluent ensemble l’évolution de l’essoufflement lors des séances de vélo mais aussi dans sa vie quotidienne. Ils évoquent les activités physiques que le patient peut envisager et réaliser sans difficultés et qui lui permettrait de maintenir les acquis de son réentrainement.

Notre équipe propose aussi aux patients en fin de programme de rejoindre le réseau AIR+R, réseau de santé du Languedoc Roussillon qui propose un accompagnement au long court des patients avec entre autres des activités physiques.